Mariage.be
Mariage.be
Mariage.be
Mariage.be
Mariage.be

Le mariage bulgare

  • Publié le 02-02-05
  • Catégorie : Les mariages du monde

Après avoir partagé les coutumes de quelques pays de l’hémisphère sud, nous remettons le cap vers l’Europe. En route pour la Bulgarie, contrée de montagnes, forêts, rivières et villages typiques. Autrefois, le mariage était la fête la plus attendue par une famille. Il y avait principalement deux périodes d’union, avant le début du printemps et après la fin de l’été. Ces périodes correspondent à la fin des récoltes et des activités agricoles.
De nos jours, le mariage bulgare ressemble fortement au nôtre. C’est pourquoi nous nous intéresserons à celui du début du 20ème siècle.

La séduction
En soirée, les jeunes gens avaient pour habitude de faire la fête sur la place du village. C’est généralement à cet endroit que les jeunes hommes rencontraient leur future épouse. 
Les danses bulgares sont propices aux rencontres car tout le monde danse ensemble et se prend par la main afin de former des rondes. Il était donc facile pour le garçon de s’approcher de la fille qui lui plaisait.  
Si le courant passait, le jeune homme accompagnait la demoiselle jusqu’ à sa porte pour s’assurer que rien ne lui arriverait.
Quelques jours plus tard, il l’attendait à la fontaine pour discuter. Si la jeune fille l’autorisait à boire l’eau qu’elle venait de puiser, il pouvait considérer que ses avances étaient acceptées.

La demande
Lorsque le jeune homme est décidé, il doit envoyer des émissaires chez la jeune fille. Ceux-ci apportent des cadeaux et tentent de convaincre la famille qu’il est temps de marier leur fille.

Les fiançailles
Lorsque la famille de la jeune fille accepte la demande, il faut préparer la dot. Une future mariée issue d’une famille aisée apportait, en moyenne, deux charrettes remplies de linges de maison, d’ustensiles et d’autres choses utiles au couple.

Venait ensuite le jour officiel des fiançailles. Le jeune homme offrait une bague et des fleurs à sa promise, mais il devait surtout demander officiellement la main de celle-ci à ses parents. Une fois la demande acceptée, la fête commençait. Famille et amis dansaient jusqu’au petit matin.

Dans certaines parties de la Bulgarie, après les fiançailles, le couple pouvait vivre ensemble. Mais en général, la fille restait chez ses parents jusqu’au mariage.

Le jour J
Afin d’annoncer le grand jour, les anciennes du village ont cousu un étendard. Celui-ci, appelé férouglitza, sera remis aux futurs époux à l’ouverture du bal. 
Mais commençons par le début, la journée démarre tôt pour les deux parties…
Le jeune homme prépare, avec l’aide de son parrain, la charrette qui l’emmènera vers sa promise. Le véhicule est nettoyé et décoré de tapis tressés et de fleurs. Le cheval revêt lui aussi ses plus beaux accessoires, il est principalement orné de pompons rouges. 
En ce qui concerne la jeune fille, elle aura passé la nuit à cuire du pain pour les invités. Dès les premières heures du matin, sa mère et sa marraine l’aident à se préparer. Sa robe est multicolore, le rouge et les fleurs dominent. La jeune fille porte également un voile qui cache l’entièreté de son visage.
Quelques heures plus tard, le fiancé arrive dans le village. On l’entend de loin car il est accompagné de sa famille, des hommes tirent des coups de feu, d’autres jouent des airs de musique. La fiancée attend patiemment dans sa chambre. 
Une tradition bulgare veut que le fiancé paie à chaque porte qu’il doit passer pour accéder à la chambre de sa future compagne. Une fois arrivé dans la chambre, le jeune homme «enlève» la fille et la porte jusqu’à la charrette. En route pour l’église…

Arrivé à l’église, le futur marié enlève le voile de sa fiancée. La cérémonie peut alors commencer. Celle-ci est traditionnelle, il y a un échange de vœux et d’alliances. 
À la fin de la messe, le couple se dirige vers la place du village et entame une danse traditionnelle avec le férouglitza. Ensuite, les époux montent dans la charrette direction la maison du couple. Là-bas, ils sont accueillis par les parents et les gens du village. Les femmes donnent des cadeaux et étendent un linceul sur le sol afin que la mariée marche dessus avant d’entrer dans sa nouvelle demeure. 
Une fois la femme entrée, le mari suit. Celui-ci enroule dans ses mains un fil rouge, ce qui symbolise l’action de construire son nid, tout comme les oiseaux. 
Pendant cette entrée, les mères décorent les invités de fleurs afin qu’ils soient bienveillants et de bons conseils pour les mariés. 
La fête peut enfin commencer, il y a de la musique et de la nourriture. A la tombée de la nuit les mariés se retirent, mais les invités restent jusqu’au petit matin.

Les derniers commentaires


Laissez un commentaire

Pour laisser un commentaire sur cet article vous devez être connecté

Les News

Sono Cadillac vous offre l'effet Waouw de votre ouverture de Bal !

Sono Cadillac vous offre l'effet Waouw de votre ouverture de Bal !

Réservez Sono Cadillac avant le 30 novembre et recevez la fumée lourde, les canons à coeurs et les projecteurs en cadeau !

Les Concours

Les sondages

  • Pour vous, le mariage, c'est :
  • Le plus beau jour de ma vie de couple !
  • Officialiser une relation forte et durable, et une occasion d'être réunis avec les proches.
  • Une formalité/ tradition nécessaire.
  • Je n'y crois pas/ n'envisage pas de me marier.

Les salons du mariage