costumes pour mariage



Les news

15/04/2014

Une réduction chez Manice, avec le code promo MARIAGE.


12/04/2014

Mariage.be soutient l'action "Mon mariage m'appartient' - Un projet soutenu par la Fédération Wallonie Bruxelles.


08/04/2014

Sur Kadolog.com – composez votre liste « cagnotte » 100% libre


02/04/2014

C'est le printemps chez Selene Créations, avec des réductions ...


30/03/2014

Accumulez des points et gagnez un WE romantique.


Inscription à la NEWSLETTER

Les salons
VOS RENDEZ-VOUS DU MARIAGE©


Les concours
Chaque mois, 1 week-end romantique à gagner avec Mariage.be!

Chaque mois, 1 week-end romantique à gagner avec Mariage.be!


MON MARIAGE

 

 



Les bons conseils mariage


mariage marocain

Coutumes et traditions du mariage marocain

L'amour n'a pas de frontières. De nos jours, les mariages interethniques sont devenus monnaie courante. Votre dulcinée ou votre prince charmant est d'origine marocaine ? Découvrez les grandes lignes des mariages tels qu'ils se déroulent au Maroc

Au Maroc, l'importance de l'engagement que représente le mariage s'exprime déjà dans sa durée. En effet, selon la grandeur et la richesse des familles, les cérémonies et festivités de mariage peuvent s'étendre de trois jours à une semaine. Les femmes y rivalisent de charme. Elles portent leurs plus beaux bijoux et sont habillées de caftans, ces amples et longues robes faites de soie, de mousseline, de satin, de taffetas et autres tissus élégants. Brodée, la robe s'orne de paillettes et se retient à la taille par une large ceinture.

S'il subsiste encore des mariages "arrangés", comme autrefois, ayant essentiellement pour but d'unir des familles, le mariage marocain, à l'instar de la plupart des unions modernes, correspond, de plus en plus, à la volonté réelle des futurs époux d'unir leurs destinées.

De manière générale, les formalités débutent environ un an avant les cérémonies proprement dites, par la conclusion de l'acte de mariage. Parfois, celui-ci consiste en un simple contrat oral, conclu en présence de témoins et d'adouls (une sorte de notaires). Selon les us et coutumes, la mariée apporte une dot, tandis que la famille du marié verse une somme importante à celle de la promise, destinée à l'achat de meubles et de biens. Jadis, c'était le versement de la dot qui marquait la fin des fiançailles, environ un mois avant la noce.
Parfois, on célèbre encore l'Ajin Lâajin. Il s'agit d'une petite fête, que chaque famille anime séparément, destinée à convenir des pâtisseries à préparer pour l'occasion et des présents que le marié offrira à son épouse la nuit des noces.

La veille du mariage, la coutume veut que la mariée se rende au hammam en compagnie des femmes de sa famille et de ses amies. C'est ce jour-là que se déroule la célèbre cérémonie du henné, lors de laquelle une "hennaya" dessine des motifs symboliques sur les mains et les pieds de la mariée, en guise de porte-bonheur pour sa nouvelle vie. Les autres femmes participant au mariage peuvent faire de même. Le lendemain de ce rituel, une grande cérémonie est organisée, où la mariée apparaît vêtue de ses plus beaux atours. Elle a pour but de souligner les charmes de la mariée auprès de l'ensemble des femmes de l'assistance et de son mari. Le mariage est, le plus souvent, conclu ce même jour. Le marié offre toute une série de cadeaux à son épouse. Ils sont présentés à l'admiration des invités sur de grands plateaux, recouverts de couvercles coniques que l'on appelle téfors. La plupart de ces présents ont une valeur symbolique, comme le sucre, le lait ou les dattes ; alors que les autres sont fonction des moyens dont dispose le marié.

Selon la tradition musulmane, la cérémonie de mariage débute par la lecture de versets coraniques et des chants à la louange du prophète, rite exécuté exclusivement par les hommes, dans une salle à part. Ensuite, l'ensemble des invités se réunit pour une cérémonie festive, rythmée par des airs et des danses folkloriques. On y savoure des pâtisseries et y sirote du thé, de délicieux jus de fruits frais et des boissons gazeuses et – bien sûr – pas d'alcool, selon les traditions musulmanes.

Les mariages marocains  sont également réputés pour les multiples tenues revêtues par la mariée au fil de la cérémonie, pouvant aller jusqu'à sept tenues différentes. A chaque fois, la mariée prend place sur un trône, afin de se prêter à l'admiration de tous et à des séances photo avec les invités. L'ultime de ces tenues est, en général, une magnifique robe de mariée blanche.

Les convives se régalent d'un buffet, où l'on mange avec les doigts, en se soumettant au préalable à un rituel de lavement des mains. La coutume veut que les différents mets comprennent, notamment, de la pastilla, une tourte en pâte feuilletée, farcie d'une fricassée de pigeon ou de poulet, d'amandes, de sucre et de cannelle, de la tajine (ragoût de viande aux pruneaux et aux amandes), du couscous, ainsi que des fruits et des pâtisseries ; le tout étant arrosé de thé à la menthe.

Dans le nord du Maroc, notamment dans la région de Tanger, en clôture de la fête, le couple prend place sur une litière placée sur le dos d'un mulet, au sein d'un cortège qui parade dans les ruelles et les quartiers, faisant halte à une mosquée, pour terminer sa route à la demeure du marié. Tradition où la voiture remplace désormais souvent le mulet.

Dans certaines régions, arrivée à sa nouvelle demeure - celle du marié - la mariée est accueillie par sa belle-mère, qui lui offre des dattes et du lait, en signe de bienvenue et d'affection.